Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Donnez-moi la vie que j'aime,

Le long de ma route un ruisseau,

Donnez moi le ciel joyeux

Et le chemin de traverse

Dormir sous le buisson, regarder les étoiles,

Tremper son pain dans la rivière

Telle est la vie qui me convient

Toujours et à jamais.

 

Que s'abattent les coups qui me sont destinés,

Advienne ce qui devra;

Mais donnez-moi la face de la terre

Et la route qui m'attend.

Richesse, espoir, amour n'importent

Ni un ami qui me connaisse;

J'ai pour seul désir le ciel là-haut,

Et la route qui s'en va.

 

Ou que l'automne me prenne

Par les champs où je m'attarde,

Faisant taire l'oiseau dans l'arbre,

Mordant mes doigts bleuis.

Le champ couvert de givre est blanc comme farine

L'âtre offre un tiède abri

Je ne veux céder à l'automne,

ni même à l'hiver!

 

Que s'abattent les coups qui me sont destinés,

Advienne ce qui devra;

Mais donnez-moi la face de la terre

Et la route qui m'attend.

Richesse, espoir, amour n'importent

Ni un ami qui me connaisse;

J'ai pour seul  désir le ciel, là-haut,

Et la route qui s'en va.

 

Source: Chants du Voyage de Robert Louis Stevenson

Tag(s) : #Poèmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :